Certaines clientes que j’accompagne, pourtant pas sur cette thématique, arrivent à un point où elles admettent que quelque chose manque à leur vie. Et il n’est pas rare que ce soit l’espace pour leur créativité. Parfois au sens propre, un endroit, mais aussi une place dans l’emploi du temps.

Pourquoi redonner une place à sa créativité (retrouver notre élan d’enfant)?

Enfant, nous étions tou·te·s créatif·ve·s: l’enfant dessine, peint, chante, sans se demander s’il est artiste: c’est sa nature. L’école, les parents parfois, ont tendance à brider cet élan, en analysant, commentant, jugeant, essayant de diriger les créations spontanées. L’enfant est dans un autre monde quand il crée. Evitons de le ramener à notre monde du mental, celui, limité, et dépourvu de poésie, de la dualité (« c’est bon/utile », » c’est pas bon/inutile », « on peut faire ça », « on ne peut pas faire ça », « il faut… »).

Essayons plutôt, nous qui avons grandit, qui nous sommes éloigné de ce monde poétique, de nous y reconnecter dans nos propres vies: aller là où l’inspiration nous mène, où tout est possible.

Souvent quand on grandit, on commence à étudier, travailler ou s’occuper de nos enfants, et on ne laisse plus de place pour ces moments d’expression. Ce sont même eux qui passent à la trappe en premier.

Quelques années plus tard, on ressent que quelque chose cloche. C’est notre âme qui a faim.

Comment redonner une place à ta créativité (et nourrir ton âme)?

Personne d’autre que toi n’est affecté par son absence. Personne n’attend le livre que tu as dans la tête (coeur?), ni les dessins, les photos, les poèmes, les sculptures en terre… Personne ne va en faire une priorité pour toi.

Il n’y a que toi qui peut redonner une place à ta créativité.

En ce qui concerne tes enfants, tu peux jouer un rôle pour qu’ils prennent soin de l’élan créatif: continuer de lui laisser une place, les aider à ce qu’ils aient du temps, des moyens, de l’énergie pour cette part d’eux-mêmes.

Par exemple en soutenant sans les retenir leur envies créatives quand ils sont petits.

Et adolescents, en les invitant à toujours rester acteur·rice, et non seulement spectateur·rice, en leur apprenant à ne jamais se contenter de commenter, critiquer, même positivement, les autres, celles et ceux qui créent.

Mais revenons à toi. Si tu le fais pour toi, tes enfants t’imiteront.

Si tu as comme moi une vie trépidante, c’est-à-dire bien remplie ;), il va falloir trouver ta manière simple de redonner une place à ta créativité… Voici quelques astuces:

  • Fais le vide dans ta tête

Lorsqu’on ressent un élan vers quelque chose d’inutile (enfin ça c’est déjà un jugement de notre égo), de nouveau, souvent nos pensées viennent nous freiner (l’ego voit un danger). Mets donc de côté ces pensées:

« Il faut que …  » (suivi de toutes tes obligations)

« Je n’ai pas le temps » « Ça ne rapporte pas »

« Je ne suis pas assez… »

  • Extrais-toi de ton environnement habituel

Sors, va marcher, dans l’idéal dans la nature (elle est une alliée sans faille). Trouve tes autres alliées.

  • Entre en contact avec l' »artiste »

N’aie pas peur de ce mot! Nous avons tou·te·s en nous cette partie qui demande à s’exprimer. Pour l’instant, indique-lui (en le visualisant les yeux fermés sur un écran devant toi) que tu le vois, que tu l’entends, que tu l’écoutes. Crée un lien, une conversation si tu peux (Cela fait partie de mon accompagnement Trésor d’apprendre à communiquer avec des parties de toi…).

  • Propose-toi un cadre

Pendant 20 minutes, je dessine dans mon carnet. Pour cela, j’éteins toutes mes notifications et distractions. J’indique à mes enfants que je serai à nouveau disponible dans peu de temps (s’ils sont petits, à mon avis, mets-les également devant une feuille de papier, une boîte de Kapla ou une motte d’argile, et puis faut pas se leurrer, certains jours, ça ne fonctionne pas, ce n’est pas le bon jour!).

  • Go! Arrête de réfléchir, et vas-y! Même si le moment est court, même si le lieu ou le matériel sont imparfaits, même si ça ne se passe pas comme ta tête l’avait prévu…
  • Donne-toi plusieurs chances… et beaucoup d’amour!

Bien évidemment, il existe d’autres moyens de nourrir son âme… La méditation, le silence, la marche en nature… en font partie.

Je serai ravie d’en parler avec toi par mail ! Comment tu t’y prends, quelles sont tes stratégies pour créer cet espace, qu’est-ce que ce texte t’inspire… contact@paulaindramichels.com