Dans le silence de la salle de massage (agrémenté d’une belle musique), une nouvelle communication se met en place. Celle qui passe par le geste, le toucher, la sensation. Communiquer de la sorte nous fait sortir de nos habitudes, pour le meilleur, car trop nombreuses sont nos conversations gentilles (mais pas vraies), maladroites, voire agressives (sans réelle écoute), superficielles.

Dans le massage, la communication et la rencontre ont lieu, différemment.

Le toucher étant le seul sens réciproque (quand je touche, je suis touchée), la découverte du corps de l’autre devient découverte de mon propre corps. Je sens mes mains, ma peau, mes muscles, mes os, mes tensions…

Et dans le corps de l’autre, j’entends (mes mains entendent) l’appréhension (qui se dissipe en général peu de temps après le début du massage !), le bien-être, la relaxation, la confiance, les résistances…

Je fais en sorte que mon toucher transmette avant tout l’attention, la bienveillance. Mes mains disent : Je suis là, avec toi, je ne te juge pas, je t’accueille tel·le que tu es, inutile de te défendre, tu peux te détendre.

A l’écoute de ce que me dit le corps sous mes mains, j’ajuste, j’adapte, je réponds. Mes mains répondent. Par plus de profondeur, plus de rondeur, de précision ou de manoeuvres enveloppantes…

Au-delà des sensations physiques de douceur, de chaleur, la personne qui reçoit le massage sent toutes mes intentions, mon état d’esprit, comment je me sens. Elle sent dans mes mains si je suis là en pensée avec elle. Elle sent si j’ai une intention de dynamiser ou relaxer, d’envelopper ou de détendre. Elle sent mes hésitations.

Cette communication par le toucher est simple, authentique, naturelle.

Et dans l’espace du massage, un lien se crée entre masseuse et massé·e.

Un lien précieux, d’être à être, non obstrué par les limitations, les jugements, les analyses, de la personnalité.

Cette communication non visuelle (je ferme même souvent les yeux), qui passe uniquement par le ressenti, demande de la présence, du calme, de l’écoute sensorielle.

Le temps du massage devient pour moi un moment pour me recentrer, respirer, pratiquer le focus, développer ma capacité à être présente. Le massage est un échange, qui, à la surprise de nombreux des massé·e·s, ne me fatigue pas, ni ne m’use, mais au contraire me ressource pleinement, comme il ressource la personne massée.

Alors n’hésite pas ! Quand est-ce qu’on se rencontre pour un massage ? ;)